Mode

Huit nuances de Moncler

Nous vous en parlions, Moncler change radicalement de stratégie en invitant huit designers pour huit collections qui sortiront au cours de l’année. Le projet, appelé Moncler Genius Building, propose huit visions différentes de l’univers de la marque transalpine et de sa mythique doudoune, présentées hier soir à la Fashion Week de Milan.

Les doudounes XXL de Pierpaolo Piccioli (Moncler Ligne 1).

La première ligne a été designée par Pierpaolo Piccioli, directeur artistique de l’honorable maison Valentino. Sa collection se compose de doudounes ultra longues et enveloppantes, avec des capuches presque cagoules. Un véritable retour à l’essence de cette pièce incontournable de l’hiver et des sports qui vont avec.

Moncler 1952, la ligne old school par Karl Temper.

Moncler 1952 est le nom de la ligne 2, imaginée par Karl Temper. Le styliste britannique présente des doudounes ultra pop, avec des couleurs flashy ou des imprimés naïfs. On reconnaît des influences seventies et nineties dans cette collection, où les doudounes se portent sur des joggings à la mode des années 90, des pantalons de velours et cols roulés années 70.

Le flower power de Sandro Morino pour Moncler Grenoble.

La ligne 3, ou Moncler Grenoble, a été réalisée sous la direction de Sandro Morino et prône le print power. Imprimés floraux, jacquard et carreaux se portent en all-over, pour un style tout schuss.

Moncler 4, romantique et rock sous l’influence de Simone Rocha.

C’est la créatrice Simone Rocha qui s’est chargée de la ligne 4, qui propose une approche romantique un brin gothique avec l’utilisation de dentelle et de fourrure. On retrouve aussi une touche japonisante avec des doudounes noires à imprimé fleurs, façon kimono, et des références au style lolita, avec des froufrous roses et rouges.

Moncler 5 et ses doudounes conceptuelles par Craig Green.

La doudoune de la ligne 5, designée par Craig Green, est imposante et ultra couvrante, devenant un cocon protecteur pour le corps humain. Du vêtement conceptuel de haut vol.

Le matelassé retravaillé par Kei Ninomiya pour la ligne 6 de Moncler.

La ligne 6 Moncler est baptisée Noir Kei Nonimiya. Le créateur japonais a imaginé des pièces inspirées du matelassé de la doudoune, travaillé ici en tressage pour la confection de manteaux et d’écharpes ou façon cannage pour une approche plus raffinée.

Le streetwear de Moncler Fragment par Hiroshi Fujiwara.

La septième vision de Moncler a été pensée par le designer japonais Hiroshi Fujiwara, fondateur du label streetwear iconique de Harajuku, Fragment. On ne s’étonne donc pas de retrouver une forte inspiration street dans cette collection qui mixe doudounes colorées, jeans et chaussures hybrides entre la sneaker et l’après-ski.

Moncler s’est associé à Palm Angels pour sa ligne 8.

Enfin, la ligne 8 a été faite en collaboration avec Palm Angels et son créateur Francesco Ragazzi. Les deux marques apposent leur logo sur des silhouettes sportswear pointues. Lunettes étroites, cordons réglables, mitaines longues, ceinture avec boucle en forme de lunettes de ski, béret logotypé… les détails hype à foison s’accumulent sans jamais en faire trop.

Petit rappel, les collections sortiront chacune leur tour en début de chaque mois, seront disponibles durant 5 jours sur le webstore, avant de passer en boutiques. Un gros coup de génie de la part de Moncler, qui devrait voir sa cote remonter davantage.

Publié le 21/02/18 - Par lorelei

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *