Mode

Trinity part à la reconquête d’un héritage!

Trinity est une marque qui vient réellement de la rue. Pas besoin de s’auto proclamé mec de rue pour en être réellement un, le vécu, le lifestyle, les moments d’espoirs et de désespoirs alimentent le quotidien de chaque banlieusard et ce qui est à la base quelque chose d’intimes et de personnels est devenu à la mode. La mode avec un grand M s’est emparé d’un des nombreux héritages positifs que la R.U.E a crée. “La banlieue est un paysage qui a de la gueule, il y a des perspectives, des lignes de fuite. L’oeil a de quoi être nourri.” Culture Couture présente aujourd’hui pour vous la nouvelle marque qui reflète et représente exactement ce que ses créateurs sont.

Trinity ou aussi appelé 3nity représente énormément de choses à elle seule. Une jeunesse, une génération qui a franchit depuis un moment la simple étape de l’acceptation du monde cruelle et infâme dans laquelle elle vit. 3nity vit dans ce monde mais n’a pas accepté les règles fixées par ceux qui le dirige. Trinity est une bombe qui n’arrive plus à vivre autour des vautours qui gravitent autour d’elles donc comme toutes personnes au bord du burn-out, 3nity dégoupille et explose en plein vol en éclaboussant de tout son talent l’appropriation culturelle et sociale du monde ainsi que sa médiocrité.

Cette marque reprend les codes de la rue pour les personnes dans un style streetwear qui aiment prendre soin d’eux mêmes en portant du beau linge. Trinity est l’authenticité, voir carrément la certification street que n’avait pas, n’a pas et n’aura jamais la haute couture et les marques qui s’approprient ce lifestyle si précieux aux yeux de ceux qui en sont les acteurs.

Trinity compte donc bien récupérer un héritage précieux et identitaire qui nourrît le fantasme de bon nombres de culture vultures prêt à tout pour faire du chiffres. Trinity est la rue, 3nity est la comparaison même de ce que représente Allen Iverson pour la culture du basket et de la rue. Un mélange, de rage, de haine, d’ambitions, d’espoirs, de désespoirs et d’envie de s’élever soi-même sans l’appui du monde extérieur.

Publié le 08/10/19 - Par beurreman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *