Musique

R. Kelly placé en détention : il a réglé sa caution pour être libéré

Le pilier du RnB connu pour ses plus grands tubes tels que “I Believe I Can Fly” ou “Down Low” fait beaucoup parler de lui depuis ces derniers mois. Accusé de pédophilie depuis une vingtaine d’années maintenant, la justice le rattrape. R. Kelly est inculpé de 10 chefs d’accusation d’abus sexuels dont plusieurs avec des mineurs le 22 février 2018, pouvant l’amener à faire de trente à soixante-dix ans de prison. Après avoir été incarcéré ce vendredi à la prison de Cook County à Chicago, le lundi 26 février, l’artiste a plaidé non coupable dans un tribunal de sa ville d’origine devant ses dix chefs d’accusation. Il a payé sa caution et il est annoncé qu’il sera libéré dans les prochaines heures.

De son vrai nom Robert Sylvester Kelly, le chanteur de 52 ans est né à Chicago et grandit dans un foyer féminin, il est élevé par sa mère, son père est absent. Plusieurs événements marquants traversant son enfance révèlent une période douloureuse. Dans une interview, il se confie : il explique avoir été victime d’abus sexuels par une femme proche de son entourage alors qu’il était jeune. Ce massacre a duré pendant sept années. Sa jeunesse a été perturbée par ces douloureux événements, mais il a su rebondir.

R. Kelly s’avère être doué au piano et se rend compte de sa passion pour la musique. C’est à l’âge de 23 ans que le chanteur et son groupe de RnB MGM se font repérer dans une émission nommée “Big Break”, un concours national leur décernant comme prix les meilleurs talents du moment. Le groupe est rebaptisé “Public Announcement” et leur premier album “Born into the 90’s” publié au début de 1992 les propulse. Le chanteur prend ensuite la décision d’entamer une carrière seul. En 1994, il produit le premier album de sa prétendue petite amie Aaliayh “Age Ain’t Nothing But A Number”, album qui propulsera la jeune chanteuse à son tour. En 1995 le single du chanteur “I Believe I Can Fly” pour la bande originale du film “Space Jam” détient une place considérable dans plusieurs classements.  Ce morceau culte remporte la deuxième place du Billboard Hot 100 et est nommé trois fois aux Grammy Awards en 1998. Ainsi R. Kelly devient l’icône RnB des années 90. Ses meilleurs tubes sont joués dans le monde entier, son nom ne passe pas inaperçu. En plus d’être chanteur et producteur, il est également auto-compositeur. Il a écrit des chansons pour de grands artistes tel que Michael Jackson pour le tube “You Are Not Alone”. R. Kelly semblait intouchable.

A l’époque déjà beaucoup de soupçons fusaient sur la relation étrange qu’il entamait avec Aaliyah. Le roi du RnB qui avait 27 ans, la chanteuse en avait quinze et une histoire de mariage secrète faisait beaucoup parler d’eux, mais le chanteur avait une notoriété si élevée que personne ne s’était vraiment penché sur cette liaison, pas même les parents de la diva.

L’interprète est accusé à plusieurs reprises de pédophilie et d’agressions sexuelles. En 2002, il est inculpé suite à une vidéo du chanteur qui se filme en ayant une relation sexuelle avec une jeune fille de 14 ans, il sera acquitté en 2008 malgré les actes. Mais en janvier 2018 c’est le drame qui touche la carrière de l’artiste lorsqu’une émission de six épisodes nommée “Surviving R. Kelly” (Survivre à R. Kelly) est publié sur une chaîne américaine. Ce documentaire montre le témoignage de femmes dénonçant les actes malsains de la star à leur égard. Elles racontent en détail les faits de ses cultes sexuels, ce qui crée une vague de sentiments partagés par les téléspectateurs. Sa carrière dégringole. Ce reportage a un gros impact sur la réputation du chanteur. Des artistes comme Lady Gaga décident de faire disparaître toute trace de collaboration sur le web. Le morceau “Do What U Want” en featuring avec R. Kelly est retiré de toutes les plateformes de téléchargement. Il a également été abandonné par sa maison de disque RCA Records.

Après s’être rendu à la police le vendredi, il est placé en détention. Le montant de sa caution pour être libéré s’élevait à un million de dollars et il lui était impossible de payer ce montant dû à ses problèmes financiers. Selon son avocat, il avait annoncé que le chanteur n’avait plus vraiment d’argent depuis que sa maison de disque l’avait lâché. L’artiste a payé 100.000 dollars, soit 10% du prix initial, ce qui a suffit à sa libération. Décidément, R. Kelly l’échappe toujours belle.

Publié le 26/02/19 - Par nalor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *